Pleins feux sur la qualité de l’air intérieur

Depuis plusieurs années, les administrateurs scolaires savent qu’une piètre qualité de l’air intérieur (QAI) peut avoir un impact négatif sur la santé et la performance des étudiants, professeurs et autres membres du personnel. De plus, selon l’Asthma Initiative of Michigan (IAM), dont la mission est d’aider à éduquer les parents, professeurs et administrateurs scolaires à propos de l’impact négatif d’une mauvaise QAI, parmi les multiples déclencheurs d’asthme, particulièrement chez les enfants, se trouvent les solutions de nettoyage habituellement utilisées pour entretenir les écoles.

Les produits chimiques de nettoyage — conventionnels, ou dans certains cas, certifiés écoresponsables par ECOLOGO, Green Seal ou Safer Choice (DfE) — ne sont certainement pas les seuls coupables. Parmi les autres fautifs, on compte la peinture, les recouvrements de planchers et de murs, ainsi que les produits nouvellement fabriqués qui contiennent de la colle et d’autres ingrédients pouvant libérer de grandes quantités de composés organiques volatils (COV) ainsi que d’autres émissions chimiques. Les produits chimiques de nettoyage demeurent toutefois au haut de la liste. Non seulement les produits nettoyants peuvent causer des crises d’asthme, ils pourraient également être l’une des sources d’absentéisme, de maladie à l’école et d’une baisse générale en termes de performance scolaire.

Une étude publiée en 2015 par l’université Harvard1 s’est également penchée sur les problèmes de QAI et la façon dont ils peuvent affecter les gens, mais cette étude a utilisé une approche complètement différente. Plutôt que de se concentrer sur les problèmes causés par une piètre QAI, elle a étudié les bénéfices d’une bonne QAI, c’est-à-dire de l’air contenant une quantité moins grande de polluants ou d’impuretés.

Selon cette étude,

« les gens qui travaillent dans des bureaux bien ventilés où les taux de polluants intérieurs et de dioxyde de carbone sont inférieurs à la moyenne obtiennent des notes plus élevées lorsqu’on évalue leur fonctionnement cognitif sur des aspects aussi importants que la réponse en situation de crise ou le développement de stratégies que ceux qui travaillent dans des bureaux où la QAI est dans la moyenne. Les fonctions cognitives font référence aux fonctions fondamentales du cerveau, dont le raisonnement, la mémorisation, la perception, le jugement et l’intuition. Dans les milieux scolaires tout particulièrement, il est normal de vouloir protéger les fonctions cognitives des enfants par tous les moyens. » 2

Commencer par les tâches les plus faciles

Prétendons que vous êtes un administrateur scolaire et qu’on vous a scientifiquement démontré que la QAI de certaines de vos écoles est considérée comme vraiment mauvaise et qu’elle atteint des niveaux reconnu comme ayant un impact négatif sur les fonctions cognitives des enfants, ainsi que de toutes les personnes fréquentant les écoles. Vous prendrez des mesures —celles qui auront le plus grand impact sur l’amélioration de la QAI—aussi rapidement que possible.

Votre décision – une décision avec laquelle la plupart des gens seraient d’accord dans les circonstances – serait de changer toutes les solutions de nettoyage conventionnelles utilisées dans l’école pour les remplacer par des produits certifiés écoresponsables par les organisations mentionnées plus tôt ainsi que par GREENGUARD, une division de UL Environnement. Nous discuterons des raisons de ce choix un peu plus loin.

La transition vers des produits certifiés écoresponsables est l’une des méthodes les plus faciles, les moins coûteuses et les plus rapides d’aider à améliorer la QAI dans l’école. Toutefois, ce n’est pas la fin de notre histoire.

La plupart des administrateurs et des professionnels du nettoyage croient que les organisations de certification d’écoresponsabilité suivent toutes les mêmes normes, ou encore qu’elles sont très similaires, et que leurs critères d’évaluation des produits écoresponsables sont semblables. Par conséquent, il ne s’agit plus de savoir si ces produits certifiés aideront à aider la QAI; il s’agit de savoir à quel point ils seront performants dans l’école et, bien sûr, combien ils coûteront.

Ce serait cependant une erreur de penser que tous ces produits sont égaux à l’égard de l’environnement. Bien qu’il soit vrai que ces organismes de certification aient des critères similaires, ce qui les distingue est l’emphase qui est mise sur chacun de ces critères. Pour l’exprimer simplement, les différentes organisations de certification ont tendance à accorder plus de poids à certains problèmes environnementaux particuliers, et cela comprend la QAI.

Explorons ce qui les distingue

Afin d’expliquer leurs distinctions, prenons l’exemple des différents modèles de voitures fabriquées par un même manufacturier. Supposons qu’un manufacturier fabrique trois modèles différents, tous relativement similaires et à un prix comparable. Cependant, chaque modèle met l’emphase sur des caractéristiques différentes. Par exemple, pour l’un des modèles la vitesse et l’agilité sont privilégiées, pour un autre c’est le confort et pour le troisième l’emphase est mise sur la faible consommation d’essence.

Chaque modèle est fabriqué selon des caractéristiques différentes afin de répondre aux besoins de différents consommateurs. Dans le même ordre d’idées, les trois organismes de certification que nous avons mentionnés privilégient différentes caractéristiques. Par exemple :

  • ECOLOGO : Comme les autres, cette organisation certifie que les produits ont prouvé qu’ils ont un impact réduit sur la santé des gens (les utilisateurs des produits ainsi que les occupants et les visiteurs de l’immeuble) et de l’environnement si on les compare aux produits conventionnels. Toutefois, elle met davantage l’emphase sur les considérations du cycle de vie environnemental. Cela signifie que le produit est évalué de son développement à son élimination éventuelle. Le produit doit respecter chacun des critères et passer le test des attributs selon des normes propres à chaque type de produit afin d’être certifié écoresponsable par cette organisation.
  • Green Seal : Il s’agit de l’organisation de certification la plus ancienne des États-Unis. Elle semble mettre l’emphase sur les problèmes liés à l’éco-responsabilité—pour aider à protéger davantage les ressources naturelles et à réduire les déchets. Historiquement, Green Seal s’est concentrée sur les produits utilisés dans l’industrie de l’entretien professionnel, comme les solutions de nettoyage. Toutefois, de nos jours, elle met également l’emphase sur ce qu’on appelle « les pratiques exemplaires de nettoyage écoresponsable », expression qui réfère à l’ensemble des procédures et à l’efficacité du nettoyage écoresponsable aidant à protéger la santé des utilisateurs des immeubles.
  • GREENGUARD Des trois organismes de certification, GREENGUARD est celle qui met le plus d’emphase sur la protection de la qualité de l’air intérieur (QAI). Par exemple, elle regarde de plus près les normes de performance – qui sont d’ailleurs plus strictes que celles des autres organisations – en ce qui concerne la diminution de la quantité de COV émis et des autres émissions de produits chimiques provenant des produits analysés. Bien que les trois organisations se penchent sur les problèmes liés aux COV, aucune autre ne le fait aussi exhaustivement que GREENGUARD.

Qu’avons-nous appris jusqu’à maintenant?

Le point le plus important que nous avons appris dans cette discussion est que la transition des produits d’entretien conventionnels vers des produits certifiés écoresponsables est la méthode la plus facile, et habituellement également la moins coûteuse d’aider à améliorer la QAI dans un établissement scolaire.

Nous devrions également savoir qu’avec le temps, les principaux organismes de certification ont évolué dans différentes directions. Alors qu’ils ont des critères équivalents ou similaires, c’est l’emphase qui leur est accordée qui les distingue.

Et alors que GREENGUARD met plus d’emphase sur les problèmes de QAI, les administrateurs scolaires, eux, sont appelés à évaluer l’efficacité, la facilité d’utilisation, et le coût d’utilisation, etc. de tous les produits écoresponsables. Le but est d’éviter les décisions d’achats basées sur l’essai-erreur. Les problèmes de QAI sont trop importants pour prendre ce risque. Les décisions concernant les produits à utiliser devraient être réfléchies et basées sur une variété de critères.

Mike Sawchuck est le Directeur du développement commercial pour Avmor, un leader qui fabrique et met en marché des produits d’entretien professionnels en Amérique du Nord. On peut le joindre via le site Web de sa compagnie au www.avmor.com.

 [btn_link url=”https://www.avmor.com/downloads/go/avmor_greenguard_gold_wp-2/” size=”medium” cls=”success”]Pour en savoir plus sur la certification Greenguard. cliquez ici et téléchargez gratuitement notre document technique[/btn_link] 


1 News story from Harvard School of Medicine, October 26, 2015, Green office environments linked with higher cognitive function scores.

2 Alors que le dioxyde de carbone (Co2) est un composant naturel de l’air, la respiration de l’adulte moyen contient de 35 000 à 50 000 parties par million de CO2, ce qui représente une quantité 100 fois plus élevée que le CO2 retrouvé normalement dans l’air extérieur. Par conséquent, le CO2 peut contribuer à une piètre QAI.

Partager cette publication